Le dilemme des incroyants — La passion des mathématiques

Qu’advient-il des rituels et des rites de passage dans la vie de ceux qui n’ont pas de foi? — Est-ce possible de transmettre la passion des mathématiques à ceux qui croient les détester?

La religion a été évacuée du domaine public, mais on semble encore avoir besoin des rituels. La naissance, l’amour et la mort doivent, pour presque tout le monde, être célébrés, soulignés et reconnus. Ce sujet a été abordé par Alain Roy, directeur de la revue L’Inconvénient, dans un texte aussi réflexif que satirique: «Le dilemme des incroyants». Nous le recevons pour approfondir la discussion.

 

Les mathématiques ne sont généralement pas la tasse de thé de ceux qui se passionnent du monde des arts, des lettres et des sciences humaines. Pourtant, cette discipline est la source d’une formidable créativité, tel qu’expliqué dans le texte du magazine The Atlanic, «Teaching Math to People Who Think They Hate It». Enseignant des mathématiques à l’éducation des adultes depuis plus de trente ans, Daniel Taillon nous explique l’importance des bases et de la créativité dans la transmission du savoir et de l’amour de cette matière.